Home

Participant quelquefois (rarement) comme artiste, plus souvent comme organisateur, à des manifestations, expositions et festivals, autour de l’Art singulier, j’ai commis quelques textes sur ce sujet impossible à cerner, le jeu artistique consistant, justement, à briser les cercles (vicieux) qui voudraient nous enfermer. Voici des extraits de présentation d’expositions ou de préface de catalogue, qui donnent un éclairage sur les idées que je me fais de cet art et les sentiments agités que brasse en moi ce courant souterrain de l’art contemporain.

Affiche du 1er festival d'Art Singulier. Roquevaire 1990. Peinture de Danielle Jacqui.

Affiche du 1er festival d’Art Singulier. Roquevaire 1990. Peinture de Danielle Jacqui.

[…]

Sculpture de Raymond Reynaud.

Sculpture de Raymond Reynaud.

Art brut, art singulier, création franche, outsider-art… art des marginaux, des fous, des enfants, des asociaux… art hors normes, hors codes, hors circuit, hors marché…

Les étiquettes, les épithètes et les qualificatifs abondent pour essayer de cerner et de classifier l’inclassifiable : les créations libres, d’esprits libres, explorant avidement les voies les plus diverses, les plus secrètes et les plus inattendues de l’expression plastique.

Après l’ignorance, le mépris, le refoulement, puis la tolérance, voici enfin un début de reconnaissance.

Mais qu’importent les discours, les louanges ou les critiques, les attentes, les espoirs de succès ou les peurs de la récupération, seules comptent ces œuvres, imaginatives, puissantes, âpres et fortes, chargées d’émotions, riches et colorées, souvent dérangeantes, toujours sincères.

Qu’elles soient produites par des déviants, des autodidactes purs ou des artistes qui ont brisé la croûte des enseignements sclérosés, elles puisent à la source originelle de toute expression : la pulsion créatrice que chacun d’entre nous porte au plus profond de lui.

Présentation de l’exposition Biz’Art. Mai 2001

[…]

© Serge Panarotto

© Serge Panarotto

(…) c’est aux sources les plus secrètes de notre être individuel et de notre humanité, aux “racines du rêve”, que les artistes singuliers puisent une inspiration prolifique et débridée. Ce que leurs œuvres nous laissent entrevoir, c’est la part maudite qui est en nous et que nous refusons de voir. L’heureuse surprise, c’est que ce monde n’est ni noir, ni gris, mais au contraire éclatant de couleurs. Joie et douleur y forment un couple détonnant qui explose en œuvres étonnantes.

Couverture du catalogue du 5e festival Hors les Normes de Praz-sur-Arly. 2001. Peinture de Virginie Baumgarten.

Couverture du catalogue du 5e festival Hors les Normes de Praz-sur-Arly. 2001. Peinture de Virginie Baumgarten.

(…) et l’on découvre alors, que lorsque des êtres – artistes ou non – plongent sans scaphandre au plus profond d’eux-mêmes, la créativité qui en découle s’épanche librement hors des frontières des genres, des écoles et des styles.

[…]

Geyser

Affiche du 3ème festival d'art singulier. Gouache de Pierre Ledda. Roquevaire 1994.

Affiche du 3ème festival d’art singulier. Gouache de Pierre Ledda. Roquevaire 1994.

L’Art singulier est un art de passion. Passion au double sens du mot : élan irrésistible de l’âme et douleur pouvant aller jusqu’à l’extase.

Ce n’est pas un art qu’on regarde à distance, qu’on juge, qu’on jauge, qu’on apprécie, qu’on estime. On ne l’appréhende pas car c’est lui qui vous prend – ou vous rejette… Attirés, choqués, aguichés, séduits puis repoussés, ferrés à nouveau, choqués encore puis encore repris… c’est sur le mode de l’amour passion que se vivent les rapports entre artistes, amateurs et public.

Pour beaucoup, les œuvres singulières ont l’attrait et le goût des fruits défendus, tour à tour doux, amers, acides, mielleux ou âcres, mais toujours enivrants. Dans le jardin d’Eden, I’arbre du péché est aussi celui de l’amour et l’amour est abondance, exubérance, profusion, gaspillage…

ciska-lallier-chat

L’Art singulier procède du même foisonnement, dans le travail de ses artistes, et dans les lieux où l’on peut les rencontrer. C’est presque toujours une mise en espace cumulative, à l’inverse des tendances muséales actuelles, qui caractérise les expositions singulières (…) Pourtant, loin de nuire, cette tendance accumulative et cette concentration d’œuvres fortes, denses, chargées, nous ouvrent à une vision différente, moins myope, plus ample du phénomène créatif. Comme dans les églises baroques, le rapport à l’ensemble, toujours très prégnant, n’appauvrit pas le rapport intime que l’on peut établir avec telle ou telle œuvre, mais l’enrichit. Cette manière de montrer est plus proche de la nature même de l’Art singulier qui ne s’apparente pas à une essence distillée, mais plutôt à une source jaillissante, à un geyser qui projette avec force sa matière vers le ciel.

Couverture du 12ème festival international d'art singulier. Aubagne 2012. œuvre de Mario Chichoro.

Couverture du 12ème festival international d’art singulier. Aubagne 2012. œuvre de Mario Chichoro.

Imaginez vous visitant le grand bazar de l’inconscient, cheminant dans le grand souk à fantasmes, chinant aux puces de l’imaginaire. Là viennent s’échouer des restes de Paradis, des fripes de rêves libertaires, des placentas crevés encore chargés de germes, des fragments d’enfance inachevée ; les restes saignants d’individualités blessées se mêlent aux reliques enluminées d’un bonheur espéré et aux épaves recyclées d’une modernité naufragée. Féerie, naïveté, fraîcheur, lascivité, perversité et corruption se côtoient, se croisent et se fécondent. Le tout s’épanouit en un luxe de matières et de couleurs, de cris et de chants matérialisés, en une polyphonie de formes et de traits, de signes et d’appels…

Ces artistes sont bien les derniers aventuriers de l’âme, les anges conquérants du septième cercle de l’enfer, celui qui touche au ciel.

Catalogue du 6 e Festival d’Art Singulier. Roquevaire-Aubagne 2000

© Roger Ferrara. Encre, 2013.

© Roger Ferrara. Encre, 2013.

[…]

Trait libre et rageur, pinceau tour à tour trempé dans le lait et l’acide, terre malaxée, triturée, scarifiée comme une chair indigne, ferrailles martyrisées, rebuts magnifiés, formes boursouflées, bousculées, battues, éclatées… Les artistes singuliers hurlent à la liberté et vomissent l’enfermement.

© Loren.

© Loren.

Enfermement physique, enfermement mental, enfermement culturel et enfermement social ; chez eux la souffrance vécue, subie, donnée quelques fois, fait œuvre.

Ils expulsent, excrètent, transpirent des dessins, des peintures, des objets et des sculptures aux formes et aux couleurs improbables et quelquefois insupportables.

Pour sûr, les esthètes pédants et décadents, les intellectuels stériles du « concept-art », les producteurs de lavande en tube et de blé en pâté, les yuppies du « Marché de l’Art », les branchouillés de l’art virtuel, les snobinards de la jette-set et les « designer » lisses et polis de l’art-marketing, n’y trouveront pas leur compte d’euros ou d’auto-célébration.

© Sophie Herniou.

© Sophie Herniou.

Car cet art appelle ceux qui prisent l’émotion, la vibration de la chair, l’ébranlement des (in)certitudes, le dérèglement subtil de l’esprit et des sens, les révélations sur soi, la vision lucide des fractures du monde et des fêlures de l’être.

L’art singulier est art de découverte et de rencontre. Rencontre avec les autres, si semblables à moi et pourtant si (in)différents, et découverte de l’autre, cet inconnu qui me regarde dans le miroir maculé de peinture, de sueur, de sperme et de larmes, ce miroir où sont enfermés mes pulsions vitales et mon désir d’a-mort…

In catalogue du 9e festival international d’art singulier. Aubagne 2006.

Danielle Jacqui derrière le modèle réduit de son "Colossal d'art brut Organugamme", qui sera érigé sur la colline aux oiseaux à Aubagne.

Danielle Jacqui derrière le modèle réduit de son « Colossal d’art brut Organugamme », qui sera érigé sur la colline aux oiseaux à Aubagne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s